ACTUALITES JURIDIQUES DE ME ADJEDJ

Maitre ADJEDJ vous propose sa sélection d'actualités juridiques dans de nombreux domaines.

Avocat.fr : bientôt 10 000 abonnés !

  Download PDF File Here
  233 lectures

Suppression de l’obligation de mentionner sur le panneau d’affichage du permis de construire la date d’affichage en mairie du permis

Le bénéficiaire d’un permis de construire, d’aménager ou de démolir ou d’une déclaration préalable doit procéder à l’installation sur son terrain d’un panneau d’affichage conformément à l’article A. 424-15 du Code de l’urbanisme.Ce panneau doit respecter des dimensions et son contenu est strictement réglementé.L’article A. 424-16 du Code de l’urbanisme précise les mentions obligatoires telles que le nom du bénéficiaire, le nom de l’architecte, la date de délivrance, la nature du projet et la superficie du terrain, la surface de plancher autorisée, la hauteur de la construction…Un arrêté du 24 mai 2018 relatif au certificat d'urbanisme, au permis de construire et aux autorisations d'urbanisme a modifié les mentions obligatoires sur le panneau d’affichage du permis de construire.Depuis le 3 juin 2018, il n’est désormais plus nécessaire de mentionner sur le panneau d'affichage du permis de construire la date d'affichage en mairie du permis.Cette mention était devenue obligatoire par un arrêté du 30 mars 2017. Or, celle-ci était considérée comme une source d’insécurité juridique.En cas de difficulté n’hésitez pas à faire appel à Maitre Didier ADJEDJ, avocat avec 25 ans d’expérience en matière administrative et immobilière pour vous aider dans vos démarches.
  380 lectures

Maître ADJEDJ Didier pour le Cabinet AD CONSEIL présent à la première réunion du Comité PRO'PULSE le 14 mai 2018 à la CCI de VAUCLUSE

Maître ADJEDJ Didier pour le Cabinet AD CONSEIL présent à la première réunion du Comité PRO'PULSE le 14 mai 2018 à la CCI de VAUCLUSE
  544 lectures

Comment contester la contravention de Stationnement depuis le 1er janvier 2018 ?

Depuis le 1er janvier 2018, le Forfait Post Stationnement (FPS) a remplacé l’amende de stationnement de 17 € depuis la loi de dépénalisation du stationnement payant.Ainsi, les automobilistes qui n’ont pas ou insuffisamment payé leur stationnement sont passibles d’un avis de paiement du forfait post-stationnement, dont le montant est variable selon les communes.La contestation du FPS doit être effectuée dans le délai d’un mois à compter de la date d’envoi de l’avis de paiement.Il s’agir d’un Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO), qui relève désormais de la compétence de la Commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale qui émet ce FPS.Les modalités de contestation, à savoir par internet ou par courrier pour former ce recours est variable d’une commune à l’autre et est précisé sur le feuillet annexe joint à l’avis de paiement. En effet de nombreuses communes proposent de contester par voie postale mais également par voie dématérialisée via le site internet gouvernemental indiqué.Pour contester il est absolument obligatoire de transmettre les éléments suivants : - Les arguments à l’appui du recours ;- la copie de l’avis de paiement contesté ;- La copie du certificat d’immatriculation ou de la déclaration de cession du véhicule et de son accusé d’enregistrement dans le système d’immatriculation des véhiculesL'entité réceptrice du recours a un délai d'un mois à compter de la date de réception postale ou électronique pour prendre une décision.L’absence de réponse dans ce délai signifie que le recours est rejeté.Dans ces conditions vous avez la possibilité de contester le rejet dans un délai d’un mois devant la Commission du contentieux du stationnement payant (CCSP), à condition de payer préalablement le FPS.Les décisions rendues par cette commission peuvent également faire l'objet dans recours dans un délai de deux mois devant le Conseil d'État. En cas de difficulté n’hésitez pas à faire appel à Maitre Didier ADJEDJ, avocat avec 25 ans d’expérience en matière administrative pour vous aider dans vos démarches.
  487 lectures

La prestation compensatoire : les conditions pour pouvoir en bénéficier?

La question de l'octroi du bénéfice d'une prestation compensatoire n'est pas aussi simple que cela. Une différence de revenus entre deux époux n'entraîne pas nécessairement le bénéfice d'une prestation compensatoire. Pour pouvoir bénéficier du principe d'une prestation compensatoire, la condition est que la rupture du mariage créée une disparité dans les conditions de vie de l'un ou de l'autre des époux. Si cette conséquence n'existe pas, aucune prestation compensatoire ne sera accordée par le Magistrat. Pour savoir si disparité il y a, il faut prendre en compte les revenus et charges de chaque époux mais aussi l'ensemble du capital détenu par chacun des époux. Mais, là encore, tous les revenus et toutes les charges n'ont pas à être pris en considération pour apprécier le bien fondé ou pas d'une prestation compensatoire. Ainsi, le bénéfice d'une prestation compensatoire ne dépend ni de la durée du mariage, ni de l'âge et de l'état de santé des époux, ni des choix effectués en perspective du développement de sa famille et de l'entretien des enfants…ces critères ne sont pris en considération que dans le cadre de l'évaluation du montant de la prestation compensatoire. Ce n'est pas parce que l'un des époux a consacré une partie de sa vie maritale à l'entretien et à l'éducation de la famille qu'il pourra pour autant prétendre au bénéfice d'une prestation compensatoire. D'où la nécessité de prendre conseil auprès d'un Avocat compétent, Maître Didier ADJEDJ pratiquant le droit de la famille depuis 25 ans.
  487 lectures

Les ouvriers ont stoppe net mes travaux de toiture, Je n’ai plus de nouvelles, Que faire ?

Si vous avez confié à une entreprise la réalisation de travaux de rénovation de votre toiture, ou la réfection totale de cette toiture et si celle-ci a interrompu les travaux en cours alors que vous êtes à jour des paiements.Vous avez intérêt dans un premier temps, à lui adresser une lettre recommandée avec avis de réception lui faisant sommation de terminer les travaux ou de vous indiquer ce qui s’y oppose.Faute de réponse de sa part, il faudra saisir le Juge des Référés, par l’intermédiaire d’un Avocat de préférence, pour demander la désignation d’un expert judiciaire, qui sera en charge de déterminer le coût des travaux restant à exécuter.Si cette société ne donne plus de nouvelles, vous avez peu d’intérêt à la faire condamner à réaliser les travaux. En conséquence, il est important que vous puissiez la faire condamner au paiement des travaux restants à réaliser.Il faut agir assez vite puisque dans ce domaine les entreprises ont tendance très souvent à déposer le bilan.Une fois que vous aurez l’expertise, vous aurez la possibilité de faire des saisies conservatoires et de saisir le Tribunal de Grande Instance compétent si le montant des sommes restant à recouvrer, est supérieur à 10.000€.N’hésitez pas donc à faire appel à un Avocat compétent en matière immobilière et donc à prendre contact avec notre Cabinet, ayant 25 ans d’expérience en la matière.
  469 lectures

Contrat de travail : Convention de forfait en jours : pour qui et à quelles conditions ?

Ayant vu le jour avec la loi sur les 35 heures du 19 janvier 2000 avec un seul et unique article inséré dans le Code du Travail, ce dispositif a été considérablement précisé avec la recodification du Code du Travail de 2008 lequel consacre désormais près de 13 articles à ce type de convention (articles L.3121-53 à L.3121-66). Pourtant, cette catégorie particulière de contrat de travail, avantageuse pour le salarié comme pour l'employeur, nécessite une vigilance certaine au moment de sa rédaction et de sa signature. A qui s'adresse-t-elle? La convention de forfait en jours ne s'adresse pas à tout salarié mais à seulement deux catégories de salariés à savoir les Cadres dont la nature des fonctions ne les conduit pas à suivre l'horaire collectif applicable au sein de l'entreprise ainsi que les salariés disposant d'une réelle autonomie dans l'organisation de leur emploi du temps. Quelles sont les conditions de validité de cette convention de forfait jours? Il faut un accord collectif d'entreprise ou d'établissement ou à défaut une convention ou un accord de branche. Il faut ensuite l'accord exprès du salarié qui doit nécessairement être retranscrit dans le cadre d'une convention écrite. Si ces conditions ne sont pas réunies, la convention est nulle et de nul effet et le salarié peut saisir le juge en paiement d'heures supplémentaires. L'employeur est également tenu, tout au long de la relation de travail, de s'assurer du caractère raisonnable de la charge de travail de son salarié, au risque de se voir condamné au versement d'une indemnité pour non respect de la santé et de la sécurité de son salarié au travail. Il faut donc être très vigilant en qualité d'employeur au moment de la rédaction et au cours de l'exécution d'une convention de forfait en jours. Le salarié, quant à lui, a intérêt à vérifier et à s'assurer que cette convention est convenablement appliquée par son employeur…. D'où la nécessité de prendre conseil auprès d'un Avocat compétent, Maître Didier ADJEDJ pratiquant le droit social depuis 25 ans.

  423 lectures

REVOCATION D'UNE DONATION POUR CAUSE D'INGRATITUDE

L'adultère, encore de nos jours, peut constituer une injure grave. C'est ce qu'à jugé la 1ère chambre civile de la Cour de Cassation le 25 octobre 2017 (n°16-21136) en annulant pour cause d'ingratitude la donation au dernier vivant consentie à la belle mère de deux frères, par leur père. Dans cette espèce, en plus, l'amant était un ami intime du couple et la situation avait fait naitre des ragots dans le village. M° ADJEDJ Didier www.avocatadjedj.fr

  346 lectures

Les clauses sociales d'insertion dans les marchés publics

Ces dernières années les clauses sociales d’insertion ont pris une importance grandissante dans les marchés publics. Cet outil contractuel a pour objectif d’inciter les entreprises répondant aux marchés publics à recruter des personnes rencontrant des difficultés à trouver un emploi. Ce dispositif concerne : - les bénéficiaires de minima sociaux (RSA, ASS, AAH) ; - les chômeurs de longue durée (plus de 12 mois) ; - les jeunes de moins de 26 ans avec des difficultés d'insertion sociale ; - les travailleurs handicapés reconnus par la MDPH ; - Le public senior (plus de 50 ans). Pour l’année 2017 les clauses sociales représentent pour le secteur du Vaucluse 171 marchés publics, 338 lots et 156 000 heures réservées à des publics en difficultés. Cet outil en faveur de l’emploi est un facteur de complexification pour les petites et moyennes entreprises qui souhaitent répondre à des marchés publics, d’où la nécessité de faire appel à un avocat ayant une grande expérience en droit public. Afin de respecter les clauses sociales les entreprises ont le choix entre différentes solutions de recrutement. Elles peuvent notamment avoir recours au recrutement direct (CDD, CDI, contrat d'apprentissage…). Cette solution nécessite des démarches administratives à la charge de l'entreprise et l’obligation de veiller à ce que la personne recrutée rentre bien dans le cadre du dispositif. Les entreprises peuvent également faire le choix de la mise à disposition en faisant appel à des entreprises de travail temporaire classique ou d'insertion. Cela engendre des frais de prestation mais a pour avantage de laisser de la souplesse aux entreprises. La sous-traitance d’une partie du marché par une entreprise d'insertion ou en direction d'un chantier d'insertion peut également être envisagée. Elle permet de trouver rapidement la main-d’œuvre tout en étant certain de l'éligibilité des publics à la mesure.

Il est donc très important d’être bien conseillé dès la candidature au marché public mais également dans sa phase d’exécution puisque le non-respect de ces clauses sociales peuvent avoir pour conséquence l’application de pénalités. Pour vous accompagner, Maître ADJEDJ, qui possède une solide expérience en marchés publics, vous propose des abonnements forfaitaires adaptés en fonction des besoins de votre entreprise.

  638 lectures

Jamais sans mon avocat Saison 2 - 7. Droit des marchés publics

 Publié par le  Conseil national des barreaux
Mots-clés :
  2610 lectures

Jamais sans mon avocat Saison 2 - 8. Création ou reprise d'entreprise

 Publié par le  Conseil national des barreaux
  495 lectures

La Cour constitutionnelle fédérale allemande demande la reconnaissance d’un « troisième sexe »

Le législateur a jusqu’au 31 décembre 2018 pour faire évoluer le droit de l’état civil en ce sens.

en lire plus

Auteur d'origine: babonneau
  519 lectures

Convention d’indivision mettant fin à la mission du mandataire successoral et conflit d’intérêts

La signature d’une convention d’indivision par une seule personne, agissant en des qualités différentes alors qu’existe un conflit d’intérêts, ne met pas fin de plein droit à la mission du mandataire successoral.

en lire plus

Auteur d'origine: nkilgus
  570 lectures

Convention d’indivision mettant fin à la mission du mandataire successoral et conflit d’intérêts

Les faits de l’espèce, à défaut d’être simples, étaient classiques et témoignaient d’une dispute entre des héritiers. Un de cujus, père de deux enfants mineurs issus d’un mariage dissous par divorce, avait confié à sa sœur la gestion des biens revenant à ses enfants. Évoquant un conflit d’intérêts entre la sœur et les enfants, l’ex-épouse, mère desdits enfants, a sollicité la prolongation de la mission du mandataire successoral. Les juges du fond ayant fait droit à sa demande, la sœur s’est pourvue en cassation.

Aux termes de l’article 813-9 du code civil, « le jugement désignant le mandataire successoral fixe la durée de sa mission ainsi que sa rémunération », étant précisé que cette durée peut être prolongée. Le texte précise également que cette « mission cesse de plein droit par l’effet d’une convention d’indivision entre les héritiers ».

À ce propos, rappelons que, dans la mesure où la convention a pour effet de surseoir au partage, le consentement de...

  509 lectures

La Cour constitutionnelle fédérale allemande demande la reconnaissance d’un « troisième sexe »

La décision est historique, et place l’Allemagne à l’avant-garde en Europe en matière de reconnaissance des droits des personnes intersexuelles : la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe vient en effet, mercredi 8 novembre, de reconnaître la nécessité de faire figurer dans les registres de naissance, aux côtés des genres masculin et féminin, une troisième case « inter » ou « divers ». Dans ses attendus, la Cour constitutionnelle a donné au législateur jusqu’au 31 décembre 2018 pour légiférer à ce sujet.

À l’origine de la plainte, V…, 27 ans, inscrite dans le registre des naissances sous le genre féminin, est atteinte du syndrome de Turner, une affection génétique rare liée à l’absence totale ou partielle d’un chromosome X. Ne pouvant de ce fait se retrouver dans l’assignation féminine ou masculine, cette personne souhaitait faire modifier son état civil en faisant valoir auprès de l’administration la reconnaissance de son genre sous la dénomination « inter » ou « divers ». Sa demande ayant été refusée et son appel ayant échoué, la question est remontée jusqu’à la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe.

Si, depuis 2013, la législation allemande prévoit la possibilité – selon l’article 22 de la loi relative à l’état civil (Personenstandsgesetz) – de ne pas mentionner de genre sexuel dans le registre des naissances, la Cour constitutionnelle a estimé cette disposition insuffisante : cette définition négative du genre aboutirait à nier purement et simplement leur genre. Ce qui est incompatible avec la loi fondamentale allemande, en particulier de son article 2, qui stipule dans son premier paragraphe que « chacun a droit au libre épanouissement de sa personnalité », et de son article 3, qui précise que « nul ne doit être discriminé ni privilégié en raison de son sexe ».

Or la Cour souligne que « l’un des devoirs du droit de la personnalité consiste à assurer les conditions élémentaires permettant à chaque personne de développer d’elle-même son individualité et de la préserver ». Si elle note qu’il n’est pas pour autant concevable que la loi envisage tous les événements pouvant freiner le libre développement de l’identité de chacun, la Cour relève que la protection offerte par le droit de la personnalité se révèle défaillante « si le développement de la personnalité est spécifiquement menacé ».

Or, « parce que leur identité intersexuelle est non équivoque et durable, [ces personnes] ont droit à une reconnaissance égale de leur genre en tant qu’expression de leur droit personnel global » : « leur assignation de force au genre masculin ou féminin empiète sur leur droit personnel en les contraignant à se placer dans un système binaire qui ne correspond pas à leur sentiment identitaire propre ».

Lire la suite
  449 lectures

PETITES ANNONCES DES VENTES FORCEES

 

Nous pouvons porter les enchères

pour toutes ventes immobilières devant le Tribunal de CARPENTRAS

(NB:si vous n’êtes pas acquéreur aucun honoraire ne vous sera demandé).

 

 

Consultez maintenant toutes les annonces en cliquant ICI

 

 

Les annonces de ventes immobilières forcées